Bon, autant prévenir tout de suite, j'épuise peu à peu la discographie de la Fouine.
Si autre suggestion il y a (et puis ça me permettra d'étendre ma culture musicale,je suis preneuse)...
Je réfléchis aux groupes, à comment la vie et notre entourage nous permet de rencontrer de nouvelles personnes.
Samedi, atterrissage dans le nouvel appart de deux potes.
On était 4 à la base, on est maintenant 7.
Autre ajout à l'équation , il y maintenant 3 apparts communs.
Ceci n'est pas un post désespéré sur mon statut de célibataire.
Enfin je ne crois pas.
Je regarde juste les gens que mes plus proches amis ont choisi, les gens qui partagent de manière réelle leur vie.
Je n'apprends ça à personne, mais la nouveauté dans les relations, c'est qu'un mec avec qui tu partages ta boîte aux lettres, c'est quand même autre chose que celui dont tu attends le coup de fil avant de savoir ce que tu fais le soir.
Bref, alors je regarde.
Le premier, bien sous tous rapports, presque invisible à vrai dire, où certains événements m'ont fait prendre conscience qu'en dépit de la fréquence de nos entrevues, je ne le connaissais pas du tout.
Le deuxième , qui a été un moment le troisième occupant de mon ancien appartement. Qui lui pour le coup n'était pas vraiment invisible, mais je mets ça sur le compte du fait que j'ai un problème avec le fait de partager mon espace vital.
Et enfin le troisième, j'aimerais dire le plus récent, mais ça va faire deux ans, et là apparaît la stupidité de ranger les relations par ordre chronologique, et qui est devenu donc, depuis 2 ans , le quasi seul et unique passe temps ainsi que sujet de conversation de mon amie. (Ce post, bien que impartial quand aux dérives de la vie de couple, est je l'avoue un peu teinté par une légère amertume amicale).
Tous partagent (pour mon plus grand bonheur) le fait d'être fou amoureux de mes amis respectifs (oui, sinon ça serait quand même tordu)
Le deuxième et le troisième ont un peu de mal, et l'ont manifesté, avec certaines des habitudes du groupe.
Il m'est impossible de savoir comment ils me considèrent (ça m'intéresse quand même un peu, en tant que bonne égocentrique)
Ce qui me frappe quand je suis avec ces gens (qui restent mes amis faut pas déconner) c'est que je ne me vois vraiment avec personne. La validité, l'acceptation des pairs n'a pas vraiment de sens, parce que comme vu plus haut, en dépit de la longueur des relations, on marche encore sur des oeufs en tant que groupe étendu. et on le sait tous, et c'est ok.
Mais il n'empêche, que je ne me vois vraiment avec personne.