ca m'arrive de commencer à rédiger, et puis soit par faute de temps, soit par désir de clarté, je ne vais pas jusqu'au bout.
Ca devient un brouillon, un post "en attente d'être publié"
Seulement, quand il se trouve qu'on est comme moi ultra émotive et soumise aux changements climatiques, les mots écrits ne serait ce que la veille, n'ont plus autant de pertinence et de justesse à mes yeux.
Et pourtant ils sont le reflet exact de ce que je ressentais au moment T.
Je ne sais pas ce qui est le mieux. Si tant est qu'il y ait un mieux.
Je ne sais pas à quel point ce blog et cet exercice me protège des autres.
Je ne sais même plus si j'en ai vraiment envie.
Moi qui suis si à l'aise pour discutailler et développer moults théories IRL (j'ai découvert cet acronyme récemment), je dois avouer qu'ici c'est plus difficile.
J'ai à la fois peur de trahir l'intimité et la confiance de mon entourage,de me sentir malhonnête alors qu'il n'y a pas de quoi, d'être perçue négativement.
C'est ce qui me préoccupe en ce moment, la tenue et la teneur de ce blog.
Car même à moi, le contexte de ma vie et de mes aventures m'échappent. Ca n'a de mémoire jamais été aussi flou. Je ne contrôle tellement rien en ce moment que la moindre prise de décisions m'angoisse. Parce que je ne sais vraiment pas ce qui va arriver après.
Et pour couronner le tout, hier soir, à une soirée entre intimes (j'entends par là que nous étions une dizaine), j'ai revu des gens dont je ne me souviens pas. Et qui eux se souviennent fort bien de moi. Par peur de vexer, je n'ai pas laissé transparaître mon ignorance. mais il n'empêche que jusqu'ici ça ne m'était jamais arrivé.
La même situation s'est répétée à la fin de la soirée, dans la rue alors que je rentrais chez moi.
ca m'a mis très mais alors très mal à l'aise.
Mais point positif, j'ai réussi à discourir certes de manière brève, des sentiments passés qu'un copain a ressenti à mon égard.
Et l'ironie, c'est que j'avais commencé à écrire un peu sur lui et sur ce qui s'est passé. Tout en étant conscience que je n'avais pas son point de vue sur l'histoire en question. On a peut être pas fini cette conversation. Peut être était ce une amorce, ou bien une manière de me faire savoir que je peux désormais considérer ses sentiments comme obsolètes et donc arrêter de me méfier.
Je ne sais pas (encore). mais une chose est sûre, j'apprécie le désir de franchise et son honnêteté.