C'est vrai ça. C'est là où j'ai vécu pendant 20 ans peut être. Alors ce n'est pas rien.

C'est ma première boum, c'est mon premier petit copain. C'est surtout le deuxième petit copain et encore la découverte du plaisir.

C'est aussi les pleurs, la crampe au ventre et les innombrables cigarettes fumées à la fenêtre au début, pour chasser l'odeur, et puis à mesure que l'angoisse grandit, simplement dans le noir, éclairée par des bougies.

C'est la dépense et les placards qui débordent, c'est le papier où jamais j'arrive à mettre la main dessus.

C'est la peur du bruit et des cris, et la musique à fond pour couvrir tout ça. C'est l'errance et les bleus, à l'âme comme au corps.

Juste trop en fait; de souvenirs, de douleurs, de ton qui monte et de réconciliations furtives.

C'est mieux de vendre oui.